Les pressions de la France contre l’Eglise de Scientologie

Les pressions de la France contre l’Eglise de Scientologie

Une étude dénonce les pressions de la France contre l’Eglise de Scientologie

Les pressions de la France contre l'Eglise de Scientologie10 Août 2011

 

Un rapport de l’Institut de recherches indépendant Pew dénonce les pressions de la France contre l’Eglise de Scientologie

 

L’étude publiée le 9 août par l’Institut américain Pew constate une augmentation des brimades ou des violences liées à la religion dans le monde entre 2006 et 2009.

Selon ce rapport, la France fait partie des 8 pays parmi les 25 pays les plus peuplés du monde dans lesquels ces tracasseries, brimades et mesures de rétorsion ont « significativement augmenté », aux côtés de la Chine, de l’Egypte, du Nigeria, de la Russie ou de la Thaïlande.

Le rapport dénonce les pressions exercées par le gouvernement français sur certains groupes religieux, en particulier les scientologues. Par exemple, il évoque le comportement du procureur dans une affaire concernant l’Eglise de Scientologie.

La dissolution

En effet, le procureur Maud Coujard avait demandé en juin 2009 la dissolution de l’Association Spirituelle de l’Eglise de Scientologie – Celebrity Centre alors que la loi ne le permettait pas. En juin dernier, l’association religieuse a assigné en justice l’état français et lui réclame 1 million d’euros de dommages et intérêts.

L’assignation déposée par l’Eglise fait état de ces réquisitions illégales constituant une faute lourde de la part du procureur. En effet, d’après la loi, les procureurs ne pouvant être tenus responsables individuellement de leurs erreurs commises dans leurs fonctions, c’est l’Etat qui doit assumer la responsabilité des dysfonctionnements judiciaires dont ils sont la cause.

La Scientologie est une religion fondée en 1954 et présente en France depuis 50 ans. L’Église de Scientologie compte plus de 9 000 églises, missions et groupes dans 165 pays.

 

Contact : 01 53 33 52 00

 

Pin It on Pinterest

Share This