Journée internationale des droits de l’Homme en ligne pour promouvoir la paix

Journée internationale des droits de l’Homme en ligne pour promouvoir la paix

Los Angeles, Californie. Des humanitaires de renommée mondiale se sont rencontrés en ligne pour célébrer la Journée internationale des droits de l’Homme, organisée par l’association Tous unis pour les droits de l’homme International.

L’association Tous unis pour les droits de l’Homme a célébré la Journée internationale des droits de l’homme lors d’une conférence en ligne sur le thème « Droits de l’homme contre défis du XXIe siècle : rétablir les droits fondamentaux pour tous ».

Le colloque a été animé par Mme Rigoberta Menchú, lauréate du prix Nobel de la paix 1992. Cette originaire du Guatemala a été récompensée pour son travail en faveur des droits des populations indigènes. En 1996, Mme Menchú, ambassadrice des Nations Unies pour les peuples indigènes du monde entier, a joué un rôle déterminant dans la négociation de la paix entre le gouvernement et les organisations de guérilla.

« Sensibiliser les gens à leurs droits fondamentaux leur donne la capacité d’utiliser leurs droits, de les protéger et leur permet de vivre leurs libertés les plus élémentaires », a-t-elle déclaré. « La sensibilisation aux droits de l’Homme est le seul moyen de garantir que les citoyens sont libres et que leurs droits sont respectés. »

Une réaction en chaîne humaine en réponse à une réaction en chaîne atomique

L’événement comprenait également des présentations par :
– Le chef Jim MacSween, chef de la police régionale de York, dont la ville est la plus représentative de la diversité des cultures du Canada. Il a présenté une vidéo de la formation sur les droits de l’Homme, unique en son genre dans le comté.
– Laura Guercio, présidente de Legal Aid Worldwide (Aide juridique dans le monde), qui a parlé de l’importance du système de justice internationale dans la création de la paix et le respect des droits de l’Homme.
– Agrippa O. Ezozo, présidente de la Fondation de la diaspora africaine (Etats-Unis), qui a parlé de la formation sur les droits de l’Homme comme la clé des problèmes sociaux et politiques dévastateurs du continent africain.
– Katsuya Kodama, président de l’Organisation internationale pour la promotion de la contribution sociale (Japon). Fils d’un survivant d’Hiroshima, M. Kodama estime qu’une « réaction en chaîne humaine » est la réponse à une « réaction en chaîne atomique ».
– Mary Shuttleworth, présidente des associations Tous unis pour les droits de l’Homme et Des jeunes pour les droits de l’Homme International, basées à Los Angeles et qui comptent plus de 150 groupes, clubs et antennes dans le monde entier. Les scientologues soutiennent ces associations qui fournissent du matériel pédagogique, traduit en 27 langues, sur les droits des humains.

Mme Shuttleworth estime pour sa part que l’article 29 de la Déclaration universelle des droits de l’Homme (DUDH), qui souligne la responsabilité de chacun de défendre et de protéger les droits des autres, est le plus important des 30 droits. Ce n’est que si chacun assume cette responsabilité que les droits de l’Homme deviendront une réalité pour tous.

L’événement était animé par Wil Seabrook, musicien et fondateur de Rock pour les droits de l’Homme, qui a également animé la session de questions et réponses à la fin des présentations. L’ensemble de l’événement peut être consulté sur le site Facebook de Tous unis pour les droits de l’Homme.

Pin It on Pinterest

Share This