Trafic de drogues : la meilleure action est la prévention

Trafic de drogues : la meilleure action est la prévention

PARIS (Région) – Les bénévoles de l’association Non à la drogue, oui à la vie ont tenu leur pari de distribuer plus de 30 000 livrets en deux sorties dans la région parisienne.

Malgré les politiques répressives mises en place durant plusieurs années, la France reste l’un des pays où l’on consomme le plus de drogues. Cette activité illicite se concentre essentiellement dans certaines banlieues marquées par la pauvreté et le chômage.

Très conscients de cette situation, les bénévoles de l’association Non à la drogue, oui à la vie se sont mobilisés, vêtus de leur T-shirt et casquette turquoise, le samedi 13 mars et celui du 6 mars. Ils ont distribué plus de 30 000 livrets informatifs « La vérité sur la drogue » dans les boîtes aux lettres et de main à la main.

Ils ont choisi des cités délaissées où la vie des habitants est grandement touchée par le trafic de stupéfiants comme Argenteuil, Colombes, Asnières, la Courneuve, Stains, Saint-Denis, ainsi que Gennevilliers.

Ce trafic génère de plus en plus de violence

La présidente de l’association Non à la drogue, oui à la vie, Catherine Cros, a déclaré : « Il n’y a plus de lieu privilégié pour le trafic de drogues, ils vont à présent jusque dans les écoles. Récemment, un sac contenant de la drogue a été retrouvé dans une cour d’école à Montpellier et deux jeunes venant de l’extérieur ont cherché à le récupérer. En 2019, des parents d’élèves ont dû faire une chaîne humaine devant une école pour la protéger du trafic de drogue. »

« Les bénévoles de notre association ont aussi des enfants à l’école et ne souhaitent pas que leurs enfants subissent des menaces ou se retrouvent au milieu de rixes entre bandes sur fond de trafic de drogue. Est-ce le rôle des mères d’organiser des maraudes nocturnes comme ce fut le cas dans un quartier de Villeneuve-Saint-Georges ? », a-t-elle expliqué.

Ce trafic génère de plus en plus de violence qui est très peu maîtrisée par les pouvoirs publics. De plus, les milliards d’euros qui proviennent du marché des drogues illicites sont le gagne-pain de milliers de personnes sous quelque forme que ce soit.

Après un tel constat, la prévention à grande échelle est selon ces bénévoles le seul remède pour mettre fin à ce trafic car les jeunes impliqués dans ce marché n’ont pas peur de la police et n’ont plus confiance en personne. Les bénévoles cherchent à aider les jeunes à prendre la bonne décision une fois qu’ils ont la bonne information. Ce sera leur choix pris en toute connaissance de cause. La campagne d’information et de prévention menée par les bénévoles propose treize livrets, un pour chacune des drogues les plus courantes, des spots d’information et des témoignages d’anciens toxicomanes.

Trafic de drogues : la meilleure action est la prévention

Contact presse :
Martine Rhein
Relations publiques
06.22.75.75.20
publicrelationsoffice2020@gmail.com

Pin It on Pinterest

Share This