Au Kenya, la Fondation Giselle se mobilise pour créer une vie meilleure aux habitants du pays

Au Kenya, la Fondation Giselle se mobilise pour créer une vie meilleure aux habitants du pays

KISUMU, KENYA – La vie a suffisamment de défis à relever pour les jeunes sans pour autant ajouter la toxicomanie au tableau, déclarent les bénévoles de la Fondation Giselle.

La Fondation Giselle est une organisation kenyane à but non lucratif qui se consacre à des « interventions visant à changer la vie et à améliorer le bien-être des personnes défavorisées dans la société ». La prévention de la toxicomanie figure en tête de liste des priorités du fondateur Barry Paul. Il a adopté la campagne La vérité sur la drogue de la Fondation pour un monde sans drogue pour atteindre cet objectif. Et son équipe de bénévoles de la prévention de la toxicomanie partage sa passion.

« Tant de familles ont été détruites par la drogue », déclare Barry Paul, qui est présenté dans un épisode de la série ‘Voices for Humanity’ sur le site de Scientology TV. Il se bat contre la culture de la drogue et de la violence qui a détruit de nombreuses familles dans son pays natal, le Kenya. Aujourd’hui, il mène un mouvement pour éduquer le pays sur les dangers de la drogue et inspire les jeunes kenyans à prendre une meilleure voie.

Travaillant au niveau de la population, les bénévoles de Giselle ont observé les conséquences imprévues de la fermeture à durée indéterminée des bars par le gouvernement à l’échelle nationale pour contenir la propagation de COVID-19. Il semble que le sentiment accru d’isolement ait entraîné une augmentation de l’abus d’alcool et de drogues à la maison.

« La pandémie a poussé les gens à s’isoler », déclare un bénévole sur la page Facebook du groupe. « Ils se servent de la drogue pour échapper à la réalité de leur situation actuelle. La consommation d’alcool a atteint un niveau très élevé en raison du stress et de l’anxiété provoqués par la pandémie. »

Les bénévoles ont distribué en un après-midi plus de 4 000 brochures La vérité sur la drogue, répondant aux questions et insistant sur l’importance de comprendre ce que sont les drogues et ce qu’elles font.

« Nous avons tous besoin d’une meilleure connaissance », dit un autre bénévole. « Nous allons donc à la rencontre des gens dans la rue. Nous leur donnons ces brochures qui contiennent des informations et qui leur permettent de changer leur perception sur le sujet. C’est en fait une question de responsabilité aussi bien la leur que la nôtre. »

La Fondation pour un monde sans drogue est soutenue par les scientologues ce qui lui permet de fournir gratuitement la documentation non religieuse sur les dangers des drogues dans le monde entier.

Contact presse :
Martine Rhein
Relations publiques
06.22.75.75.20
publicrelationsoffice2020@gmail.com

La vie a suffisamment de défis à relever pour les jeunes sans pour autant ajouter la toxicomanie au tableau, déclarent les bénévoles de la Fondation Giselle

Pin It on Pinterest

Share This